Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 08:15

Les élus du Groupe Démocratie 44 souhaitent interpeller l’opinion publique sur les difficultés rencontrées par les agriculteurs qui croulent sous les tâches administratives. Ils restent vigilants pour la rentrée, car ce secteur est de plus en plus en concurrence avec des produits importés de l’étranger. De même, des positions de Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie font craindre à une méconnaissance du monde agricole et de tous les efforts consentis.

Il y a une véritable crise de confiance qui s’installe avec des décisions de plus en plus menaçantes et qui prouve l’éloignement du gouvernement du quotidien des agriculteurs.

Mercredi 9 juillet, a été voté le projet de loi d’avenir sur l’agriculture et un article précise qu’il subordonne l'épandage des pesticides (exceptés les produits à faible risque) près de lieux sensibles (écoles, centres hospitaliers, maisons de retraite, etc) à la mise en place " de mesures de protection" telles que des haies ou des horaires adaptés. Lorsque de telles mesures ne peuvent pas être mises en place, "l'autorité administrative détermine une distance minimale adaptée en deçà de laquelle il est interdit d'utiliser ces produits à proximité de ces lieux".

Cette disposition est de bons sens, elle a été prise suite à un incident en Gironde d’un agriculteur biologique qui aurait disséminé du souffre proche d’une école. Le Groupe Démocratie 44 rappelle que les agriculteurs dans leur ensemble sont très préoccupés par la santé publique et font toujours plus d’effort pour respecter leur environnement. Il est de bon sens aussi de pénaliser ceux qui ne respecteraient pas ces nouvelles mesures de prudence.

Cette dernière disposition est une solution équilibrée, bien plus que celle revendiquée initialement par Ségolène Royal qui aurait concerné 50 % de la surface agricole utilisée en Pays de Loire (au regard du mitage de l’habitat). Cela aurait mis en péril des exploitations maraichères, viticoles et laitières du département.

Enfin, il est urgent de renforcer la compétitivité de la France dans le domaine agricole. Aussi est-il incompréhensible pour nos concitoyens que la France importe du lait, la moitié de ses fruits et de ses légumes, plus de 20 % de sa consommation de viande bovine ou encore la majeure partie de sa consommation de viande ovine.

Si elles sont réalistes et concertées, les mesures sont applicables. A contrario, si elles sont déconnectées des réalités, elles peuvent s’avérer très dangereuses pour les acteurs économiques et pour l’économie nationale toute entière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Groupe Démocratie 44
commenter cet article

commentaires