Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 18:39

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

 

Dans ce dossier qui relève de compétences facultatives pour notre collectivité, j’interviendrai sur deux points précis.

 

Dans le cadre de l’apprentissage de la natation pour les élèves, c’est le financement des piscines sur lequel j’aimerais revenir même si je connais les contraintes financières du Département.

Le plan piscines, voté en Mars 2009, a été élaboré sur les bases d’une étude faisant  apparaître un déficit en mètres carrés de plan d’eau au regard des moyennes nationales. Par ailleurs, le même rapport constatait le vieillissement d’un certain  nombre d’équipements aquatiques dans le département.

 

J’avais à l’époque attiré votre attention sur la situation d’Orvault, dont la piscine municipale a été mise en service en 1978.

Fréquentée par plus de 2500 personnes chaque semaine, dont plus de 2000 élèves de primaire, collège et lycée, ouverte 350 jours par an, la piscine d’Orvault avait atteint sa  limite de capacité d’accueil.

Âgé de plus de 30 ans cet équipement a fait l’objet d’importants travaux sur les systèmes de traitement de l’air et de l’eau afin de prolonger sa durée d’exploitation.

 

Pour autant, ces opérations ne constituent en rien une solution d’avenir et dimensionnée à l’échelle du bassin de population que notre commune a vocation à accueillir sur un équipement de ce type, plus de 50 000 personnes.

Ainsi, la réalisation d’un nouvel équipement aquatique me paraît incontournable dans les années à venir.

Ce propos je vous l’ai déjà tenu à l’occasion d’un courrier de décembre 2011 demeuré à ce jour sans réponse.

Il est vrai que je poursuivais mon propos en sollicitant l’aide financière du Conseil général…

 

 

Et c’est là qu’est le problème, Monsieur le Président. Le plan piscines pour lequel vous affirmez une vocation départementale n’a en fait de départemental que son nom. Vous avez décidé de n’apporter votre concours financier qu’aux structures intercommunales porteuses de projets. Vous ne pouvez ignorer que Nantes Métropole ne détient aucune compétence en ce domaine. Ainsi, votre plan départemental exclut 600 000 habitants qui pourtant sont bien des habitants de Loire Atlantique.

 

Peut-être m’objecterez-vous qu’à la page 83 du dossier qui nous a été remis, on peut lire que l’aide départementale va au projet de piscine des communes de BASSE-GOULAINE et St SEBASTIEN. C’est exact et je m’en réjouis.

Mais laissez-moi constater avec vous que pour obtenir cette subvention, ces deux communes ont dû créer un syndicat intercommunal à vocation unique pour être éligible.

A l’heure où la commission départementale de coopération intercommunale et l’État prône la dissolution des syndicats de ce type, je trouve cela très paradoxal.

 

J’ai mis à l’étude la question du remplacement de la piscine d’ORVAULT et je suis convaincu qu’un partenariat avec SAINT HERBLAIN, NANTES et SAUTRON est envisageable. Mais devrons-nous construire de toutes pièces une nouvelle « machine administrative » et solliciter Monsieur le Préfet à cette fin pour trouver grâce à vos yeux et obtenir une aide ou accepterez-vous, enfin, d’examiner la réalité de l’agglomération nantaise avec bon sens ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Groupe Démocratie 44 - dans Interventions au Conseil général
commenter cet article

commentaires