Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 12:47

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

 

Je souhaite souligner l’abandon de l’identité rurale qui est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Il est clair que l’on assiste avec cette réforme …

Oui, je précise que je parle au présent, car on fait semblant de nous consulter. Nous sommes là dans une chambre d’enregistrement des décisions de la Cour départementale du gouvernement socialiste. Je reprends donc, nous assistons à une surreprésentation des Métropoles sur les zones rurales pour les élections cantonales. 19 cantons sur 31 seraient métropolitains. La majorité des élus départementaux seraient donc ici des territoires urbains et non ruraux.

 

Les Départements et les élections qui s’y réfèrent sont les seules résurgences de la représentativité du monde rural et justifiait le rôle d’aménageur du territoire du Conseil Général. Les conseillers généraux sont, comme les maires et les conseils municipaux, les acteurs du quotidien des Français mais surtout des ruraux et des agriculteurs, la majorité des cantons étant ruraux.

 

Avec ce redécoupage imposé sans concertation, notre territoire de Moisdon-Châteaubriant regroupe 4 anciens cantons avec environ 33 000 habitants, et une faible densité. L’argument démographique peut s’entendre, mais la densité aurait dû être une variable d’ajustement, or, il n’en est rien.

Le monde rural perd de sa représentativité d’antan et il est regroupé avec de gros écarts de densité entre les nouveaux cantons.

 

De même, certains cantons vont de Saint-Brévin à La Montagne, avec 50 km de distance environ, et un autre voisin du mien, s’étend de Notre-Dame-des-Landes à Riaillé, soit plus de 50 km !

 

Nous aurons donc des mini-députés sur des supers cantons et des électeurs encore plus déboussolés. Est-ce dont cela l’image que vous vous faites de la démocratie ? Le dernier bastion d’un soupçon de représentativité rurale vient d’être balayé d’un revers de la main.

 

Et pour conclure, comme ce que j’ai dénoncé pour le crapauduc, nous devions économisez de l’argent, et non ! Comme l’ont rappelé mes collègues, nous augmentons le nombre de  conseillers départementaux ! On augmente le coût aux frais du contribuable et on réduit leur représentativité, voici  comment je résumerai l’opération.

Merci, Monsieur le Président, d’avoir écouté un humble élu local depuis 36 ans quand même.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Groupe Démocratie 44 - dans Interventions au Conseil général
commenter cet article

commentaires