Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 18:08

Monsieur le Président,

 

François Hollande l’avait promis. Tout ce que Nicolas Sarkozy avait fait, il fallait le défaire.

A mort donc le Conseiller territorial.

 

Mais prenons un peu de recul et regardons de quoi il s’agissait.

 

Il s’agissait de clarifier les compétences, de désigner des chefs de file, de conserver les deux entités mais de n’avoir qu’un élu référent. Pour la Loire Atlantique il s’agissait de créer 53 conseillers territoriaux, sur 53 cantons. Contre 59 Conseillers généraux et 33 conseillers régionaux élus dans le département, soit 39 élus de moins.

 

Mais, étant une réforme de Sarkozy, elle était bonne à jeter. Dans son art de la communication, le candidat Hollande promettait une réforme respectant les territoires. Il nous promettait proximité, modernité, cohérence et concertation.

 

Pour la concertation, on peut assez simplement reconnaître qu’il n’y en a pas eu. Les conseillers généraux ont la possibilité de se prononcer, aujourd’hui, pour la 1ère et dernière fois sur votre projet Monsieur le Président. Ils ont le droit surtout de parler pour rien puisque leur avis n’est que consultatif. Le Gouvernement n’est pas tenu de prendre compte de notre avis. Nous sommes donc purement dans de la concertation de façade qui ne leurre personne.

 

Pour la proximité, on peut douter. 28 cantons en moins, cela entraine la création de cantons comptant jusqu'à 19 communes. Avec des distances, Jean Massé l’a rappelé, allant jusqu’à 50 kilomètres d’un point à l’autre du canton. Cela entraine la création de deux élus pour une même population, pour un même territoire. Deux élus, libres et autonomes, pouvant porter des idées et des projets différents. Lorsque sur un même territoire nous aurons un élu pro et un anti-aéroport, comment fera-t-on pour avancer ? Quand sur un même territoire, vous aurez un élu favorable aux aides aux entreprises en difficulté et un autre opposé à subventionner des patrons par principe voyou, que fera-t-on ?

 

Il était ensuite question de modernité. La modernité trouve sans doute sa place dans la parité. Mais le fait dans notre département de créer des postes d’élus supplémentaires est-ce moderne ?

Le fait de créer une collectivité dans laquelle l’assemblée est composée en majorité d’élus sans compétence est-ce très moderne ?

 

Enfin, il était promis de la cohérence. Dois-je rappeler les exemples multiples de ce que Jean-Claude Daubisse a appelé votre schéma d’incohérence départementale ?

 

Les promesses du candidat sont donc loin, une fois n’est pas coutume, des actes du Président.

Malheureusement, sur ce sujet, le Président ne semble pas prêt à reculer. Il serait pourtant utile, qu’après l’Ecotaxe, la taxe diesel, la taxation de l’épargne, la modulation des taux de TVA, la taxe à 75% sur les très hauts revenus, la taxe sur l’excédent brut d’exploitation, et je pourrai continuer encore longtemps, il serait utile que le Gouvernement recule sur ce charcutage politicien.

 

Monsieur le Président. Je ne peux terminer mon intervention sans vous féliciter. Avec votre cabinet, vous avez bien travaillé. Vous avez créé une collectivité socialiste, avec des cantons cousus main. Car en créant 18 cantons qui votent, quelle que soit l’élection et le contexte, à minimum 55% pour la Gauche, vous créez une collectivité majoritairement de gauche.

Vous avez donc bien travaillé. Vous pouvez être fier de vous et vos équipes.

 

Vous comprendrez aisément que je vote contre votre projet Monsieur le Président.

Partager cet article

Repost 0
Published by Groupe Démocratie 44 - dans Interventions au Conseil général
commenter cet article

commentaires